Les missions et valeurs du Syndicat

Fondé le 29 août 2015 par des Reikiologues (professionnels certifiés ISO 17024), le Syndicat National du Reiki et des Reikiologues, le SNRR, est un syndicat professionnel.

Le SNRR est une organisation syndicale indépendante et représentative. Elle ne fait alliance avec, ni ne se réfère à aucune organisation n’ayant prouvé l’origine de sa pratique du Reiki. Ce syndicat s’appuie sur le savoir-faire de toute école ou fédération du Reiki, elles-mêmes validées par des institutions officielles sur le plan de la pratique et de la démarche.

De fait, le SNRR définit ses actions pour la défense des professions du Reiki en France. Il soutient les professionnels qui adhèrent à son éthique et à la transparence sans condition de leur pratique.

Ses missions et valeurs : défendre les droits et intérêts des professions basées sur l’union de la relaxation et la méditation par le toucher. Il s’agit donc du Reiki, de la Reikiologie et de la Relaxologie.

Sont ainsi représentés les métiers de :

  • praticiens de Reiki,
  • maîtres praticiens de Reiki,
  • Reikiologues certifiés I et II,
  • Relaxologues de Pleine Conscience
  • ainsi que l’enseignement de ces disciplines.

Tous ces droits sont défendus tant sur le plan individuel que collectif. De même, le SNRR défend aussi les cabinets d’employeurs.

Pour rejoindre le SNRR, les praticiens doivent avoir prouvé leur parcours professionnalisant. Par exemple, ils doivent être issus d’un organisme de formation ou d’une fédération certifié(e) par un organisme tierce partie.

Le syndicat définit ses missions selon 4 axes :

  • premièrement, les missions et valeurs vis-à-vis de ses membres
  • ensuite, celles vis-à-vis de la défense des droits des professionnels
  • puis les missions et valeurs vis-à-vis des institutions publiques
  • et enfin, celles vis-à-vis du grand public

 

Missions et valeurs : vis-à-vis de ses membres

Le Syndicat National du Reiki et des Reikiologues est un organisme indépendant ; il veille à l’exercice légal de la profession et au respect de la déontologie. Sa mission consiste à lutter contre toute dérive et, plus largement, contre tout acte pouvant porter atteinte à l’image de la profession et à son développement. Il veille également au maintien des bonnes relations entre ses membres.

Le SNRR diffuse des informations juridiques et techniques à ses membres.

 

Vis-à-vis de la défense des droits de ses professionnels

Il agit pour instaurer et maintenir les professions du Reiki dans leur domaine d’origine : le bien-être naturel de l’être humain, issu de l’équilibre du corps et de l’esprit, et appartenant au champ des sciences humaines. En ce sens, il a pour mission d’oeuvrer pour le référencement et le maintien de ses membres dans le champ d’application originel de leur pratique : la santé mentale positive (pratique non conventionnelle, non médicale).

Il agit pour faire connaître et développer la profession de Relaxologue de Pleine Conscience.

Le syndicat étudie et défend les droits ainsi que les intérêts matériels et moraux, tant collectifs qu’individuels, des professionnels qu’il rassemble.

Il défend les titres de ses professionnels et contribue à la mise en place d’une liste de praticiens reconnus pour leurs compétences et leur éthique.

 

Vis-à-vis des institutions publiques

Le SNRR adhère à la Confédération des Professions libérales « Chambre Nationale des Professions Libérales« . A travers son appartenance à la CNPL, le SNRR a pour mission de représenter et de défendre la profession du Reiki et de la Relaxologie auprès des Pouvoirs Publics.

Il vise à faire reconnaître la normalisation du métier de ses professionnels, la qualité et la sécurité de leurs interventions, tout en garantissant l’amélioration continue de leur intervention sur le terrain.

Il agit pour faire valoir le champ d’application de santé non médicale, relevant exclusivement du bien-être. De même, il défend ce champ d’application reposant sur les sciences humaines.

 

Vis-à-vis du grand public

Le Syndicat oeuvre également à rendre le public plus vigilant en l’informant de la nécessité et du choix de professionnels certifiés dans les pratiques non conventionnelles, de bien-être. De fait, il le sensibilise aux danger de dérives potentielles.

Enfin il informe le grand public sur les recours disponibles lorsque celui-ci est victime de pseudo-professionnels peu scrupuleux.