La réforme de la formation professionnelle : enfin un label qualité

formation professionnelle

A compter du 1er janvier 2017, les financements d’une action de formation professionnelle continue ne pourront avoir lieu sans la présence de ce label qualité. Car l’obtention de ce label qualité permet de vérifier que l’organisme de formation professionnelle respecte la législation en vigueur. Mais aussi que les prestations achetées sont conformes aux besoins de formation.

Par ailleurs, les organismes financeurs se baseront au minimum sur ce critère pour allouer une enveloppe de financement. Il s’agit des Opca, Opacif, Pôle emploi, Etat, conseils régionaux, Agefiph…

 

Les critères de définition du label qualité

Les critères permettant de définir le label qualité d’une formation ont été fixés dans un décret en date du 30 juin 2015.

  • Premièrement, l’identification précise des objectifs de la formation et son adaptation au public formé.
  • Ensuite, l’adaptation des dispositifs d’accueil, de suivi pédagogique et d’évaluation aux publics de stagiaires.
  • Mais aussi l’adéquation des moyens pédagogiques, techniques et d’encadrement à l’offre de formation.
  • Et la qualification professionnelle et la formation continue des personnels chargés des formations.
  • puis les conditions d’information du public sur l’offre de formation, ses délais d’accès et les résultats obtenus.
  • Enfin, la prise en compte des appréciations rendues par les stagiaires.

Toute action de formation professionnelle devra remplir la totalité de ces critères pour se référer à un label qualité.

 

Les obligations de la formation professionnelle

A travers ces critères sont aussi vérifiés que l’organisme de formation professionnelle respecte la réglementation en vigueur :

  • un règlement intérieur est disponible et conforme.
  • l’action de formation est transparente sur sa réalisation : existence d’un programme de formation, mais aussi mention des prérequis. Quel sont les moyens pédagogiques déployés ? Surtout, quel est le suivi de l’exécution de la formation. Et enfin, quels sont les résultats ?
  • avant l’entrée en formation, les stagiaires doivent obtenir un certain nombre de documents
  • enfin, la protection des libertés individuelles doit être garantie. Ainsi, toute information réclamée par l’organisme aux stagiaires doit être liée avec l’action de formation.

 

Qui s’occupe des délivrances du label qualité ?

L’instance de gouvernance de la formation professionnelle, à ce niveau, s’appelle le CNEFOP. C’est le Conseil national de l’emploi, de la formation et de l’orientation professionnelles. Il regroupe l’Etat, les Régions et les partenaires sociaux. L’Etat est en charge de la politique nationale de l’emploi. Quant aux régions, elles s’occupent de la formation et de l’orientation professionnelles. Enfin, les partenaires sociaux gèrent la formation des salariés.

Le CNEFOP inscrit sur une liste publique les certifications et labels qualité. Ceux-ci sont délivrés par des organismes de certification également listés par le CNEFOP. Ces organismes, ensuite, à partir de leur cahier des charges, certifient, ou pas, les organismes de formation professionnelle. Dans la liste du CNEFOP figure l’ISQ-OPQF.

Un organisme de formation professionnelle obtenant une certification de l’un de ces organismes peut donc faire état d’un label qualité.

 

Qu’en est-il du Reiki ?

L’Institut de Reiki est l’organisme de formation dont sont issus tous les Reikiologues du SNRR. Il avait une qualification ISQ-OPQF depuis mai 2012. Comme toute qualification, celle-ci n’était pas définitive. Elle est renouvelée pour autant que l’organisme de formation continue à respecter le cahier des charges. Il est sous surveillance continue du certificateur.

L’Institut de Reiki avait choisi de se conformer, courant 2016, à la certification ISO 29990, englobant non pas un champ purement français, mais européen.

Pour le moment, l’ISO 29990 n’est pas reconnu par le CNEFOP. Par conséquent, et afin de répondre à la demande de ses stagiaires, l’Institut de Reiki a décidé de repousser l’acquisition de l’ISO 29990 et de renouveler, en 2016, l’ISQ-OPQF. Cela a été chose faite en juin 2016.

De fait, depuis juin 2016, il répond à la réforme de la formation professionnelle qui prend effet en janvier 2017.

Ces formations rentrent donc dans les critères de base autorisant un financement.

A savoir :

Il n’existe en France qu’un seul organisme de formation professionnelle dans le Reiki, ayant obtenu ce label qualité. C’est l’Institut de Reiki, organisme intégré à la Fédération Française de Reiki Traditionnel, et membre du SNRR. Il propose des formations longues, permettant d’acquérir une pratique de bien-être à visée thérapeutique.

 

Et quid de la Relaxologie de Pleine Conscience ?

Sa formation courte est dispensée par FormaReiki, la filiale de l’Institut de Reiki. FormaReiki est aussi membre du SNRR. Le programme de formation et la pédagogie ont été développés par l’équipe dirigeante de l’Institut de Reiki, qui a obtenu le label qualité de l’ISQ-OPQF. Ces mêmes formateurs sont aussi individuellement certifiés ICPF & PSI.

En France, un organisme de formation doit choisir dans quel champ de formation il veut oeuvrer : développement personnel ou formation professionnelle.

FormaReiki n’a pas souhaité s’enregistrer comme organisme de formation professionnelle :

  • afin de pouvoir préserver la possibilité d’offrir des formations courtes en Reiki, purement de développement personnel,
  • mais aussi parce qu’il ne propose que des formations d’une journée ou de 4 jours – ce qui ne justifiait pas la lourdeur administrative (et justifiée) des organismes dispensant des formations longues.

De fait, FormaReiki ne peut avoir accès à toutes les certifications obtenues par sa maison-mère. Cela n’empêche pas les dirigeants et formateurs de délivrer les mêmes prestations qualitatives en Relaxologie de Pleine Conscience. La différence : pas de diplôme officiel, et pas de financement possible par un OPCA ou similaire.